Les personnalités perverses narcissiques

Que signifie le mot pervers ? 

Il est issu du verbe « pervertir », qui signifie littéralement « détourner », d’après l’étymologie latine pervertere : « mettre sens dessus-dessous » et globalement « action de détourner quelque chose de sa vraie nature ».

Que détourne un pervers ? Il détourne la vérité, et se situe non en dessous, mais au dessus, ou au-delà de la Loi. Ainsi, le pervers connaît la Loi, mais il s’arrange pour passer au travers : il ne la considère pas, tant qu’il peut s’en passer, il s’en passe.

En revanche, s’il en a besoin pour contrer les autres, il l’utilisera, souvent seulement en l’invoquant.

Comment devient-on pervers ?

La personne qui s’est construite ainsi a beaucoup souffert dans l’enfance, avec des failles narcissiques, des vides. Mais, elle s’est construite en apprenant, petit-à-petit à être le roi de la famille, et a appris à manipuler les autres, utilisant tous les subterfuges et stratagèmes pour arriver à ses fins.

Elle peut ainsi se permettre de MENTIR de façon soutenue et régulièrement, et cela sans aucune culpabilité (comme on l’a vu avec l’affaire Cahuzac en avril 2013).

Les personnes atteintes de pathologie perverse narcissique sont ainsi de redoutables manipulateurs ou manipulatrices (hommes ou femmes confondus), qui, pour obtenir quelque chose, arrivent à convaincre par de subtiles manœuvres, des personnes parfaitement intelligentes de tout mettre en œuvre afin de les aider.

Les caractéristiques principales de ces personnes sont :

  • la manipulation,
  • l’égocentrisme,
  • l’intimidation,
  • les mensonges avec aplomb,
  • et l’absence d’empathie.

Pourquoi a t-elle / a t-il décidé de m’attaquer ?

  • Parce que rapidement il/elle a vu chez vous quelqu’un qui ne rentrait pas dans ses ordres aberrants et dénués de réels fondements rationnels.
  • Parce que vous êtes peut-être quelqu’un de dangereux pour elle, dans la mesure où vous avez une notion aigüe de la justice, ou des droits des personnes.
  • Parce que vous lui avez signifié des comportements irrespectueux des autres et de vous-même
    • par exemple le fait qu’il/elle n’écoutait pas lorsqu’on lui parlait, et qu’elle coupait la parole.

La victoire des apparences

Prenons l’exemple d’une femme PN : tout n’est chez cette femme que du « faire-semblant« , (tout comme certains ont pu le constater chez Cahuzac).

  • La personne perverse narcissique fait semblant de travailler (par exemple, elle est absente la plupart du temps, mais s’arrange pour que cela ne pose pas problème)
  • Lorsque quelque chose est réellement fait, c’est parce que ce sont les autres qui s’en sont mêlés, mais elle-même ne fait que des petites choses de façon légère. Elle use subtilement du verbe, de façon à ce que toute tâche un peu lourde soit systématiquement déléguée aux autres.
  • elle fait semblant d’être enthousiaste, sympathique, crée un « spectacle », s’attire l’admiration des autres.
  • Dans ses échanges avec les autres, elle enjolive systématiquement certains détails (en fait inutiles, mais cela sert à créer un effet positif), tout en cachant et en floutant les faits réels, et en déformant les faits réels.
  • Par ailleurs, elle utilise des pronoms personnels différents en fonction des circonstances : le « nous » est très souvent utilisé, alors qu’il n’y a pas réellement d’équipe.

Les complices ou alliés

Elle a bien sûr des complices, mais il/elle les manipule aussi, en leur faisant croire qu’ils sont importants, qu’ils sont intelligents. Il/Elle sait très bien détecter les personnes généreuses, qui ne se méfient pas en étant sympa avec tout le monde, et qui sont également peu capables d’analyser psychologiquement les autres.

Dans le cadre du harcèlement moral, si personne ne se met en travers de son chemin, c’est parce qu’il ou elle a su manipuler un certain nombre de personnes et s’en faire des complices, en vue de discréditer la personne visée, ou de lui nuire d’une façon ou d’une autre.

Rédaction : Tanguy Bodin-Hullin, 16 avril 2013.

Partager

Laisser un commentaire