Faire face à la violence subie tissée par le PN – Une méthode

Comment faire face à la violence vécue et subie des suites de l’emprise d’un PN et de la véritable toile maléfique qu’il a tissé(e) autour de vous et EN vous ? Voici quelques points de méthode.

  1. Attention à votre propre culpabilité : Dites-vous que vous n’êtes pas nulle, c’est lui/elle qui est nul(le) !! C’est lui/elle qui vous a dévalorisé.
  2. Evitez tout contact si tant est que cela soit possible :
    • Evitez de lui parler
    • Evitez de correspondre avec lui, et surtout évitez de lui répondre si il ou elle vous écrit.
    • Si en revanche, il vous doit de l’argent, continuez de lui répondre en essayant d’argumenter et en ne vous laissant pas faire. Vous verrez qu’étonnamment, et contrairement à ce qu’on pourrait croire, il/elle va peut-être conserver le lien par écrit avec vous ! Pour la suite, il y a peu de solutions, sauf si vous arrivez à lui faire vraiment peur d’une façon ou d’une autre (coup, avocat). Le coup n’est pas à conseiller
  3. Ecrivez au jour le jour dans un carnet spécial ce qui se passe et surtout vos échanges de parole avec lui/elle, mais aussi les faits : « Il/elle a fait ci, j’ai fait ça, il/elle a répondu ci, etc. ». Datez bien vos échanges (date et heure). Cela pourra vous servir. Il est très utile d’écrire ce qui se passe peu de temps après l’avoir vécu. Cela permet pour vous de garder des traces. Au début, vous pouvez penser que cela ne sert à rien, car vous avez les événements dans la tête, mais plusieurs semaines ou mois après, vous aurez eu de nombreux soucis supplémentaires dus au pervers, et vous aurez oublié certains détails pourtant essentiels. Si vous avez écrit, vous verrez alors en vous relisant que non seulement les souvenirs reviennent, mais que les événements vécus peuvent reprendre du sens. Vous allez ainsi, petit-à-petit, vous apercevoir des mécanismes du pervers, et de la longueur temporelle
  4. Petit-à-petit, vous ressentez usure, tension, fatigue, déstabilisation, et vous baissez les bras.. Faites autre chose, (Re)-voyez vos vrais amis. Le pervers narcissique vous isole, ou vous a isolé. Il faut absolument sortir de l’isolement et se retrouver avec des personnes saines, avec qui vos soucis pourront un peu s’évaporer le temps de quelques heures, et vous remettre dans une humeur plus positive. C’est salutaire !
  5. Ne vous accrochez pas au problème : c’est insoluble, vous le voyez bien. Mettez votre fierté de côté, et votre envie de revanche dans une malle fermée à clé. Ne perdez pas trop de temps à essayer de vous battre contre lui. Lorsque vous en êtes-là, les dés sont souvent jetés !
  6. La méthode T.E.T.E : Témoigner / Entraide / Temps / (Source : site DailyMotion d’entraideapn )
  • Témoigner : Ecrivez votre histoire, publiez-la sur le net, parlez-en autour de vous.
  • Entraide : L’entraide est une alliée importante : c’est échanger, retrouver des liens solidaires et du respect. Oser demander de l’aide c’est aussi reprendre sa vie en main.
  • Temps :   Si un PN peut paraître maîtriser le passé et le présent, il n’a pas le contrôle sur le futur, à partir du moment où on ne lui laisse pas tirer le fil d’un de nos vêtements pour qu’il tire dessus. Autrement dit : coupez le cordon ! Les blessures du passé de la victime, le PN s’en sert pour isoler, rabaisser, culpabiliser l’autre. Quand à ce qui vous concerne, ces blessures sont des poids alourdis, des freins que vous traînez avec vous, en permanence, et qui vous empêchent d’avancer ailleurs !!
  • Evacuer : Faites du sport pour sentir votre corps et faire revenir la vie en vous. Prenez du temps pour vous et surtout pour penser à autre chose.
  • Revoir un PN après quelques années sans lui est possible, vous vous apercevrez qu’il / elle n’a pas changé, au fond, et ce même s’il montre le contraire. N’oubliez pas que son jeu n’est qu’apparence, et ce depuis tout petit ! En fait, sa folie va grandissant. Il se prend toujours pour le meilleur, le plus intelligent. Freud dit qu’un pervers ne change pas. Pour le recontacter, demandez-lui de l’aide. Vous pouvez par exemple lui dire que vous avez besoin de lui pour passer à autre chose. Il ne saura pas refuser, il est tellement narcissique !! Par contre, ne lui faites pas voir que vous lisez dans son jeu, et surtout, ne lui manifestez pas votre haine intérieure. S’il refusait, ce serait étonnant, mais dans ce cas ce serait peut-être pour mieux reprendre contact avec vous un peu plus tard ! Méfiance, bien sûr, sans être parano.
Partager

Laisser un commentaire